KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Mardi 29 juillet 2014   Ste Marthe  
Africdossier
 

puce Sommaire des articles de cette rubrique

   

puceL'AFRIQUE: LA FUITE DES CERVEAUX ET SES CONSEQUENCES COLLATERALES CONNUES.

 

 

 

 

La  fuite  des  cerveaux  africains  est  un  sujet,  toujours  d’actualité,  qui  est  défendu  par  les  institutions  internationales  des  Nations Unies,  par  les  Chefs  d’Etat  africains  à  travers  les  sommets  divers  et  par  les  intellectuels  africains.  Ce  sujet  intéressant  et  passionnant,  concerne  toutes  les  personnes  attachées  au  développement  du  Continent.  Pour  cela,  nous  allons  débattre  sur  ce  sujet  à  partir  des  questions  précises :  Pourquoi  la  fuite  de  ces  cerveaux ?  Quelles  sont  les  conséquences  collatérales ?  Qu’est  ce  qu’il  faut  faire  pour  inverser  cette  fuite ?

 

 

 

 

1)    DISPOSITIONS  SUR  LA  VALIDATION  DES  ACQUIS :

 

 

Pour  nous  permettre d’aborder  le  sujet,  en  toute  circonstance  de  cause,  je  vous  invite  à  aller  en  amont,  c’est-à-dire,  la  validation  d’un  diplôme  qui  est  la  reconnaissance  significative  de  possession  de  connaissance  ou  d’acquis  de  connaissance.  La  reconnaissance  de  la  validation  des  diplômes  varient  d’un  pays  à  un   autre.  Certains  pays  sont  plus  ouverts  à  la  facilitation  des  validations,  car  ils  prennent  en  considération  les  différentes  expériences  professionnelles  en  conformité  avec  le  niveau  des  diplôme.

 

Mais  dans  la  plus  part  des  cas,  la  validation  des  diplômes  étrangers,  sont  de  la  compétence  des  universités  ou  des  ministères  chargés  de  l’enseignement.  Dans  ces  conditions,  le  diplôme,  une  fois  validé,  le prétendant  peut  postuler  à  la   poursuite  de  ces  études.

 

Dans  certains  cas,  depuis  la  fin  de  la  seconde  guerre  mondiale,  des  accords  entre  pays  ou  intergouvernementaux  réglementent  le  système  des  validations, et  permettent  la  reconnaissance  systématique  des  acquis et  des  connaissances,  c’est  la  cas  dans  l’espace  francophone  entre  la  France  et  les  Etats  africains  francophones  et  dans  l’espace  anglophone   entre  l’Angleterre  et  les  Etats  africains  anglophones.

 

 

Selon  Fanela  Célestin  dans  son  article  intitulé  « l’Afrique  francophone,  la  question  des  diplômes  et  la  fuite  des  cerveaux »  paru  sur  Telema-congo,  il  précise,  A  partir  des  années  soixante  dix,  l’UNESCO  a  pris  des  initiatives  au  sujet  des  harmonisations  des  différents  systèmes  de  formation  internationale,  afin  de  permettre  à  l’ensemble  de  ces  universités  à  se  relier  entre  elles.  C’est  ainsi,  qu’ont  été  élaborées  des  conventions  régionales  pour  la  reconnaissance  des  études  et  des  titres  de  l’enseignement  supérieur.

 

A  l’heure  de  la  mondialisation,  il  nous  faut  distinguer  les  cas  ci-dessus  à  la  réalité  d’une   entreprise,  les  entreprises  se  fonderaient  notamment  sur  des  données  ou  des  réputations  de  certaines  grandes  écoles  de  formation,  c’est  pourquoi,  nous   assistons  actuellement,  à  une  meilleure  cotation  à  travers  le  monde,  des  diplômes  en  Informatiques  des  universités  indiennes  dans  les  grandes  entreprises  dans  le  monde.

 

Le  monde  de  l’entreprise,  possède  de  département  de  ressources  humaines,  il  est  donc,  compréhensible,  de  constater  que  la  validation  des  acquis,  comme  celle  des  diplôme  se  fait  au  moyen  d’un  test.

          

 

 

 

2)    CAUSES  DE  L’EXODE  DES  CERVEAUX  AFRICAINS :

 

 

Au  delà  des  migrations  pour  les  buts  universitaires,  recherches  et  projets,  le  problème  crucial  des  Etats  africains  est   dans  son  incapacité  à  ne  pas  maintenir  ses  citoyens  ou  les  attirer  vers  leurs  pays.

 

Les  sommes  colossales  dépensée  par  les  Etats  africains,  semblent  être  gaspillées :  car,  on  forme  pour  les  autres.  Finalement  ce  phénomène  compromet  aux  africains  compétents  de  servir  au  développement  de  leurs  pays. 

 

La  fuite  de  cerveaux  se  caractérise,  le  plus  souvent  par  le  chômage,  le  manque  du  bien  être  social,  les  Etats  africains  disposent  déjà  à  l’intérieur  un  chômage  important,  une  jeunesse  diplômé  et  désœuvrée  qu’on  ne  peut  donner  au  plus  grand  nombre  un  travail  décent.  Le  manque  de  la  bonne  gouvernance,  qui  se  traduit  par  le  népotisme,  le  manque  de  mérite,  le  tribalisme  et  le  faciès  dans  certains  pays,  conditionnent  d’autres  citoyens  à  quitter  son  pays.

 

Lorsque  nous  parlons  des  cerveaux,  nous  avons  l’habitude  de  nous  définir  sur  des  diplômes  universitaires,  or,  les Etats  africains  se  trouvent  encore  aux  étapes  en  voie  de  développement,  Est-il  possible  à  ces  Etats  d’utiliser  convenablement  ces  diplômes  universitaires ?  autrement  dit,  ne  pouvant  pas  les  utiliser  à  leurs  compétences  réelles,  ils  deviennent  la  proie  facile  de  l’émigration. 

 

Regardons  le  monde  économique,  il  a  besoin  de  toutes  les  formes  de  compétence,  en  effet,  pour  se  développer,  un  pays,  a  besoin  de  créer  de  la  valeur  ajoutée,  pour  créer  de  la  valeur  ajoutée,  il  faut,  aussi,  parmi  d’autres  critères,  produire  la  qualité  selon  la  satisfaction  client,  dans  ces  conditions  les  ouvriers  hautement  qualifiés  constituent  un  socle  important  de  cerveaux  pour  le  développement  d’un  pays.  Par  conséquent,  un   pays  qui  n’arrive  pas  à  résorber  le  chômage  des  jeunes,  voient   ces  ouvriers  qualifiés  fuir leur  pays,  c’est  le  cas  du  Portugal  pendant  la  dictature,  des  ouvriers  qualifiés  du  bâtiment  quittaient  leur  pays  pour  d’autres  Etats  européens.

 

Etant  donné  que  le  problème  des  migrations  est  un  problème  mondial  et  de  ressources  financières,  les  pays  développés  seront  toujours  attractifs,  car  l’Europe  qui  a  besoin  de  la  main  d’œuvre,  dans  les  secteurs    il  souffre  du  manque  de  main  d’œuvre  local,  pourront  toujours  engagés  des  africains  diplômés  ou  non,  qui  auront  besoin  de  travailler,  à  cause  du  manque  de  travail  dans  leurs  pays.

 

Aujourd’hui,  la  baisse  de  taux  de  natalité  dans  les  pays  occidentaux,  nécessitera,  demain,  une  demande  importante  de  main  d’œuvre  étrangère,  cette  main  d’œuvre  étrangère  sera  probablement  fournie  par  les  pays  qui  n’arrivent  pas  à  donner  du  travail  à  leurs  citoyens,  les  cerveaux  africains  ne  résisteront  pas  à  cet  appel.

 

Certains  pays  étrangers  se  sont  lancés  dans  la  publicité  pour  faire  immigrer  chez  eux  les  cerveaux  étrangers :  Le  Québec  avec  l’immigration  francophone  par  l’étude  de  fond  des  dossiers,  Les  Etats-Unis  par  la  promotion  et  la  loterie  du  Green-card     

 

Résumons  les  causes  de  la  fuite  des  cerveaux  africains  par :  Les  guerres  civiles,  les  crises  économiques,  les  dictatures,  la  mauvaise  gouvernance,  le  manque  de  bien  être  social,  l’exil  forcé  des  intellectuels  et   des  ouvriers.   

 

 

 

 

3)    CAUSES  DU  NON  RETOUR  DES  CERVEAUX  AFRICAINS :

 

 

Après  leurs  études  à  l’Etranger,  certains  étudiants  africains,  choisissent  le  chemin  de  la  liberté  d’expression  et  des  critiques  contre  la  mauvaise  gouvernance,  tout  de  suite,  ils  deviennent  aux  yeux  des  régimes  locaux  dictatoriaux  comme  des  dangereux  à  rechercher.  Pour  ne  pas  exposer  leurs  vies  en  danger,  s’ils  retournent  dans  leurs  pays,  nombreux  de  ses  ex-étudiants  diplômés,  préfèrent  rester  et  y  travailler  à  l’étranger. 

 

Selon  Monsieur  Chernor  jalloh  de  l’Organisation  Internationale  de  Migrations  (OIM),  le  durcissement  sur  les  lois  d’immigrations  dans  les  pays  d’accueil  occidentaux,  sont  autant  de  motifs  d’inquiétude,  pour  tenter  aux  émigrés  africains  de  tenter  de  rentrer  dans  leurs  pays,  en  effet,  certaines  législations  des  pays  d’accueil  exigent  une  certaine  période  de  séjour  à  l’étranger,  au  risque  de  perdre  son  statut  de  résident,  d’une  part  et  d’autre  part,  certains  Etats  africains,  ne  reconnaissent  pas  la double  nationalité,  ce  qui  rend  difficile  la décision  sur  le  choix  à  prendre,  pour  les  africains  naturalisés.

 

Certaines  causes  sont  d’ordre  structurelles,  de nombreux  africains  ne  se  trouvent  plus  capables  de  vivre  chez  eux,  après  de  nombreuses  années  de  vie  passée  en  Europe.  On  peut  parler  de  l’acculturation,  qui  est  originaire  d’influence  interactive  avec  la  culture  d’accueil,  ce  qui  peut  se  traduire  par  des  chocs  culturels :  On  a  du  mal  par  exemple,  a  supporter  la  dictature,  on  du  mal  à  supporter  l’incompréhension,  tant  avec  ses  citoyens,  qu’avec  les  dirigeants.

 

D’autres,  ayant  poursuivis  des filières,  qui  n’ont  aucun  débouché  dans  leurs  pays,  la  peur  de  se  retrouver  au  chômage,  les  contraint  de  rester  travailler  dans  son  domaine  dans  le  pays  d’accueil,  souvent,  en  vue  d’épanouissement,  à  partir  de  son  métier  qu’il  a  appris  et  qu’il  aime.

 

Il  est  aussi,  intéressant  de  comprendre  que  l’homme  est  à  la  quête  de  la  réussite  sociale,  surtout  après  ses  études,  mais  les  pays  africains  n’offrent  pas  beaucoup  de  possibilités  attractives,  pour  leurs  citoyens  en  fin  d’étude,  les  dictatures  africaines  ont  montré  leurs  incapacités  et  insuffisance,  à  ne  pas  pouvoir,  sortir  l’Afrique  du  sous  développement  depuis  les  indépendances et  y  voient  sur  les  expressions  contradictoires  de  leurs  citoyens  comme  un  moyen  de  porter  atteinte  au  régime.

 

Les  conditions  sociales  en  Afrique :  les  rémunérations,  les  métiers,  les  conditions  de  travail  ne  sont  pas  améliorées,  comme  en Occident,  qui  prouvent  que  ces  phénomènes  de  fuite  de  nos  cerveaux  seront  difficiles,  tant  les  environnements  adéquats  aux  travail  ne  seront  pas  réglés  en  Afrique.

 

Nous  pouvons  donc  résumer,  les  mêmes  causes  des  fuites  des  cerveaux,  sont,  aussi,  parmi  les  causes  du  non  retour  des  cerveaux  africains  dans  le  Continent,  à  savoir :  Crises  économiques,  Taux  de  chômage  élevé,  violation  des  droits  de  l’homme,  conflits  armés  et  services  sociaux  inadaptés.    

 

 

 

 

4)    CONSEQUENCES  COLLATERALES :

 

 

Les  conséquences  latérales  sont   multiformes :

 

Les  pays  manqueront,  inéluctablement,  d’un  capital  humain  de  matières  grises  locales,  suffisant  pour  faire  face  aux  défis,  tels  que  l’éducation,  la  lutte  contre  les  maladies  ou  la  lutte  contre  la  pauvreté. 

 

Avec  l’exode  de  ses  cerveaux,  les  pays  africains  souffrent  du  capital  humain  insuffisant,  de  matières  grises,  qui  normalement  s’avère  aussi,  efficace,  en  terme  de  propositions  locales,  de  formation  d’élites  locales  ou  des  cadres,  pour  permettre  la  continuité  du  savoir  et  de  la  connaissance,  et  donc,  s’assurer  de  la  relève  de  l’intelligentsia  de  demain,  par  la transmission  de  savoir.

 

Or,  l’indépendance  économique  et  le  développement  d’un  pays  dépendent  de  la  capacité  de  s’organiser,  autour  de  son  potentiel  humain  bien  formé,  et,  en  conséquence,  sa  fuite,  constitue  un  désastre  économique  qui  compromet  au  développement  économique,  social  et  culturel  des  pays

 

Dans  le  cas  d’espèce  du  manque  de  disponibilité  constante et  suffisantes  des  cerveaux,  les  associations,  peuvent,  difficilement,  disposer  des  cerveaux  bénévoles  ou  volontaires,  nécessaires,  pour  aider  les  régions où  les  populations  désireuses,  d’un  pays,  dans  des  domaines,  aussi  variées,  comme  la  médecine,  l’enseignement… 

 

Par  ailleurs,  il  existe  dans  certains  pays  riches,  des  réseaux  qui  se  sont  constitués,  pour  exploiter  les  cerveaux  étrangers  à  des  salaires  moins  rémunérateurs,  ce  qui   permet  de  réaliser  à  court  terme,  la  réalisation  de  la  valeur  ajoutée  de  certaines  entreprises  malveillantes,  en  exemple,  certaines  entreprises  recrutent  des  africains  à  des  postes  moins  qualifiés  et  au  fil  des  temps,  on  lui  confie  des  taches  qui  nécessitent  des  connaissances.  L’administration  française  aussi,  est  sur  la  ligne  de  mire,  elle  ne  rémunère  pas  au  même  niveau  les  diplômes  étrangers  et  les  diplômes français  dans  l’enseignement  et  surtout  dans  la  médecine.  Dans  ces  deux  cas,  la  fuite  des  cerveaux  devient  un  désastre,  pour  l’individu  surtout,  sur  le  plan  psychologique

 

L’émigration  et  l’immigration,  n’a  pas  que  d’effets  négatifs  pour  le  pays  exportateur,  comme  pour  le  pays  de  destination,  elle  se  présente  à  la  fois,  comme,  une  richesse  incontournable.  La  chine,  par  exemple,  avec  son  plus  de  milliards  d’âme,  voit  la  prolifération  de  ses  ressortissants,  au  quatre  coins  du  monde,  ces  chinois,  contribue  au  dynamisme  et  au  développement  de  l’économie  chinoise,  par  une  représentation  commerciale et  économique  des  produits  chinois  et  par  l’envoie  des  économies  pour  nourrir  leurs  familles  pauvres et  en  contre  partie  le  pays  d’accueil  peut  bénéficier  du  dynamisme  chinois. 

 

Concernant  l’immigration  africaine  en  Occident,  nous  découvrons  des  phénomènes comparables,  les  ressortissants  maliens  par  exemple,  s’organisent  autour  des  associations,  dans  lesquelles  sont  organisées  des  cotisations,  qui  contribuent  au  développement  humain  des  villages :  construction  des  forages  d’eau,  construction  des  écoles  etc.….  Pendant  la  campagne  électorale,  le  Gouvernement  malien  réélu  avait  promis,  protéger  et  défendre  l’immigration malienne.

 

On  observe  à  travers  le  monde  entier,  de  l’organisation  des  immigrés  de  même  origine  en  communauté,  essentiellement,  qui  établissent  des  rapports  avec  leurs  pays  d’origine,  ainsi,  la  diaspora  africaine  par  exemple  s’organise  autour  des  associations  ou  ONG,  qui  sont  actives  en  Afrique  à  diverses  fins :  échange,  apport  du  savoir,  entraide.

 

La  diaspora  de  type  scientifique,  technique  et  intellectuelle,  apporte  aux  pays  d’origine,  ses  connaissances,  pour  contribuer  au  développement,  à  partir  des  fonds  propres  collectés  ou  économisés,  ils  oeuvrent  au  développement  par  le  financement  des  équipements  divers.

 

 

 

 

5)    CONCLUSION  ET  PROPOSITIONS :

 

 

Les  économies  modernes  ont  besoin  du  savoir-faire  scientifique,  technique  ou  technologique,  pour  maintenir  la  productivité,  résister  à la  concurrence  mondiale  et  pour  se  développer.  Le  discours  de  Monsieur  Sarkozy,  sur  sa  politique  d’immigration,  à  l’époque  Ministre  de  l’intérieur  et    candidat  aux  présidentielles,  sert  à contenir  l’immigration  sur  la  base  des  cerveaux.  Le  bénéfice  de  ces  cerveaux  aura  un  caractère,  purement,  unilatéral.

 

Or  en  Afrique,  c’est  l’éducation  ou  plus  particulièrement  l’enseignement  supérieur,  la  médecine,  et  les  ingénieurs,  sont  les  filières  qui  constituent,  le  socle  de  l’exode  des  cerveaux  vers  l’occident.  Paradoxalement,  c’est  dans  ces  domaines,  que  l’Afrique  doit   fondé  sa  politique  de  développement.  Autre  paradoxe,  dans  nos  Etats  africains,    il  manque  ces  compétences,   on  importe,  souvent,  des  cerveaux  étrangers  qui  coûtent  très  chers  aux  contribuables,  pour  remplacer  la  main  d’œuvre  locale  déficitaire  et  qui  a  émigré.

 

Tant  que  la  pauvreté  financière,  matérielle  et  sociale  sévira  en  Afrique,  les  diplômés  africains  seront  tentés  de  s’expatrier  pour  des  emplois  plus  rémunérateur,  la  mondialisation  y  contribue  aussi,  les  entreprises  de  dimension  internationale,  ont  besoin  de  mobilités  humaines  et  de  leurs  savoirs  faire,  Il  apparaît,  finalement,  difficile  de stopper  ce  phénomène,  mais  les  Etats  doivent  trouver  des  solutions  face  à  ce  phénomène.

 

Ce  phénomène  de  fuite  des  cerveaux  est  mondial,  ainsi  l’Europe,  voit  aussi  ses  compatriotes  immigré  vers  les  Etats-Unis,  qui  offre  plus  d’avantage  sur  le  plan  financier  et  du  travail,  dans  la  recherche  essentiellement.  Mais  en  revenons,  en  ce  qui  nous  concerne  l’Afrique,  ce  phénomène  est  criard,  des  l’instant  où nous  sommes  des  pays  pauvres,  qui  finançons  les  études  et  la  formation  dont  les  bénéficiaires  sont  les  pays  plus  riches,  et  qui  en  contrepartie  l’Afrique  ne  bénéficie  rien  de  ces  montants  colossaux   alloués  pour  la  formation  de  ses  cadres.

 

Comment  utiliser  la  fuite  des  cerveaux ?  Dans  la  difficulté  que  nous  avons  compris,  pour  faire  venir,  en  Afrique,  les  cerveaux  africains,  la  solution  que  propose  l’Organisation  Internationale  de  Migrations  (OIM)  est  louable,  dans  son  nouveau  programme  intitulé :  « Migration  pour  le  Développement  Africain  (MDA »  préconise  de  séjours  réguliers,  ponctuels  et  de  courte  durée  pour  répondre  à  des  besoins  précis  et  ponctuels,  par  exemple,  une  demande  de  spécialiste,  revenant  en  fonction  de  besoins  pour  apporter  leurs  aides  ou  leurs  savoir  faire aux  équipes  déjà  en  place.

 

Certains  Etats  africains  ont  pris  conscience  que  le  développement  du  continent  passe  aussi  par  sa  diaspora,  ainsi,  il  faut  concevoir  des  structures  solides  et  adaptées,  entre  le  pays  et  ses  ressortissants  à  l’étranger.  Actuellement  les  africains  de  la  diaspora  contribuent  au  moyen  des  structures,  comme  les  associations,  pour  fournir  des  ordinateurs,  des   équipements,  mais  cela  est  encore  insuffisant,  au regard  des  enjeux  importants  pour  le  continent.

 

Envisager  un  partenariat  entre  les  Etats  et  la  diaspora,  pour  utiliser  les  africains  de  la  Diaspora,  dans  des  moments  bien  précis  et  bien  ponctuels,   par  exemple  lancer  des  appels,  a  partir  des  structures  de  partenariat,  pour  des  séjours,  ayant  pour  but  d’aider  ou  de  contribuer  à  un  besoin  précis

 

Comment  inverser  la  fuite  des  cerveaux ?    Pour  que  les  Etats  africains  espèrent  un  retour  significatif  de  ses  expatriés,  l’Afrique  devra  afficher  et  affirmer  sa  volonté  pour  le  développement,  il  est  difficile  de  nos  jours,  d’appréhender  le  développement  sans  démocratie  et  sans  la  bonne  gouvernance,  c’est  la  raison  pour  laquelle,  l’enracinement  à  la démocratie  et  à  la  pluralité  des  idées  restent  une  des  conditions  sine  qua  none.  Elle  devra  aussi  faire  des  efforts  sur  l’amélioration  des  conditions  financières  et  matérielles,  pour  inciter  aux  cerveaux  de  rester.

 

Dans  les  rapports  entre  l’Afrique  et  l’Europe,  la  fuite  des  cerveaux  concerne  uniquement  de  migration  de  l’Afrique  vers  l’Europe,  ce  phénomène  important,  prend,  donc,  en  conséquence,  devient  donc  politique,  qu’il  va  falloir  résoudre  par  une  approche  politique  de  son  volet  sur  la  coopération  bilatérale,  afin  que  les  pays  du  sud  comme  les  pays  du  nord,  bénéficient  bilatéralement  de  ses  fuites  de  cerveaux.

 

La  revalorisation  du  travail  par  des  conditions  financières  et  matérielles  adaptées.  L’application  d’une  politique  vigilante  sur  le  chômage  des  cadres  et  des  ouvriers,  en  effet,  certains  pays,  ont  embauché  un  nombre  de  médecin,  d’enseignant  occidentaux  et  dans  le  même  temps,  le  nombre  de  médecin  et  d’enseignant  locaux  aussi  bien  et  mieux  formés,  au  chômage  ne  fait  que  croître.

 

Les  pays  africains,    la  démocratie  est  plus  propre,    en  voie  d’enracinement  réelle,  comme  le  Mali,  le  Niger,  le  Botswama  etc.…  seront  plus  aptes,  a  créer  les  structures  solides  et  adaptées  entre  la  Diaspora et  le  pays  d’origine,    ces  structures  permettront  à  la  diaspora  de  mieux  contribuer,  ceci  passe,  donc,  par  la  critique,  la  transparence,  la  bonne  gouvernance  et  au  contraire  les  pays  dictatoriaux  comme  le  Zimbabwe,  le  Congo-Brazzaville,  le  Tchad,  le  Soudan  etc.…  auront  plus  de  mal  à  consolider  ses  structures,  qui  nécessitent,  en  fait,  l’adhésion  et  le  goût  de  la  politique conduite dans  un  pays.

 

 

 

 

 

Auteur :  Appolinaire  Noël  KOULAMA

Publication :  17  juin  2007

Rubrique:  Afrique-société

Source :  Africdossier.oldiblog.com

 

S’inscrire à Africdossier
Adresse du service fr.groups.yahoo.com

 

[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer cet article ]

 

puceMises à jour

 - Comment avez-vous découvert ce blog? Sondage 18/02/2007
 - LIBYE : TRIPOLI SOUS LA MENACE D'UNE EXP... News 29/07/2014
 - CAMEROUN : DÉPRAVATIONS DES MŒURS ET INTE... Articles 17/06/2009
 - PHOTO 1 Photos 17/05/2009
 - Guide Guadeloupe Liens 04/11/2007
 - La Françafrique a de beaux jours devant elle Vidéos 26/04/2008